fbpx

Jésus a commencé à sélectionner ses futurs disciples dès le début de son ministère (Mt. 4:18, 21 ; Jn. 1:40-49). Ils avaient observé tout ce qu'il faisait. Avec les douze sélectionnés, "Jésus parcourait toutes les villes et tous les villages, enseignant dans les synagogues, proclamant la bonne nouvelle du royaume et guérissant toute maladie" (Mt 9,35). N'ayant pas de moyens de transport modernes, toute la proclamation, l'évangélisation, la guérison et l'enseignement se faisaient pendant qu'ils se promenaient. Jésus a saturé Israël de l'Évangile. Il était dans tous les villages et toutes les villes. Et la proclamation était sa méthode pour diffuser l'évangile aux masses.


Pour Jésus, la meilleure façon de s'attaquer à la moisson spirituelle serait de former davantage d'évangélistes de proclamation et d'autres personnes à l'évangélisation. "Voyant les foules, il eut pitié d'elles, car elles étaient harassées et sans défense, comme des brebis sans berger." (9:36). Après avoir pris le pouls de la situation, Jésus déclare : "La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux." (v. 37). Dans toute vocation, métier ou ministère, la formation fait partie de la progression et de l'amélioration. Notre plus grande motivation pour former des évangélistes est notre Seigneur lui-même.


Dans Matthieu 10, nous le voyons choisir douze personnes à former afin qu'il puisse multiplier ses efforts pendant ses trois courtes années et les poursuivre par la suite. Jésus les appelle, leur donne l'autorité et les envoie "Jésus appela ses douze disciples et leur donna l'autorité de chasser les esprits impurs et de guérir toute maladie et tout mal" (Mt. 10:1-2, également Lc. 9:1 ; Mc. 6:6).


Pourquoi était-il important de donner l'autorité avant le commissionnement ? Le fait de savoir que l'on suit les ordres du grand JE SUIS, le ROI DES ROIS ET LE SEIGNEUR DES SEIGNEURS. (Apocalypse 19:16), leur fournit, ainsi qu'à nous, le plus grand encouragement nécessaire pour obéir à la Grande Commission. Avec cette autorité, c'est probablement que les démons, les puissances de ce monde, ont écouté. Dans Actes 1:8, les apôtres devaient "recevoir une puissance, le Saint-Esprit venant sur vous ; et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre." Dans Mt. 28:19, nous voyons que Jésus avait "toute autorité dans le ciel et sur la terre". C'est cette autorité que Jésus a donnée à ses disciples et qu'il nous donne aujourd'hui. C'est une charge, un commandement et un ordre de proclamer l'Évangile1 et de faire des disciples.


"Ces douze(apestelein)2, Jésus les a envoyés." (v. 5) Jésus voulait plus que douze pour porter l'évangile. C'est pourquoi, " ... le Seigneur en désigna soixante-douze autres et les envoya, deux par deux, devant lui, dans toutes les villes et tous les lieux où il allait se rendre. " (Lc. 10:1 également Mc. 6:7)


Pourquoi devrions-nous aller deux par deux ? Nous pouvons être un encouragement pour l'autre (Ecl. 4:9-10) ; nous ne sommes pas toujours excités par l'évangélisation ; nous avons un partenaire de prière ; il y a une responsabilité ; nous nous rappelons mutuellement de notre appel et cela aide à garder le cap ; nous pouvons répondre aux questions et aux situations ensemble ; nous pouvons fournir une autre perspective d'une situation ; tout crédit est partagé ; nous protège de l'individualisme ; nous protège du mal. Au moins une fois dans ma vie, mon collègue m'a protégé d'une agression !


Jésus a rarement formé quelqu'un à l'évangélisation dans une salle de classe ou dans un séminaire. On l'apprenait par l'association et l'observation - en étant simplement avec Lui (Mc 3,14). Jésus ordonne à ses évangélistes : " En allant, proclamez(kerussete) l'Évangile " (Mt. 10:7 ; 9:35 ; 10:27 ; 11:1 ; voir aussi Mc. 6:12). Matthieu utilise le mot grec kerusso3 quatre fois en l'espace de quarante-cinq versets. Proclamer4, dans le contexte biblique, c'est déclarer, annoncer, propager ou disséminer l'évangile en dehors des murs d'une église, vers les perdus.


Nous tirons notre mot évangélisation du mot grec euaangelizo ou eunagelitzomai et il signifie apporter de bonnes nouvelles. Lc. 9:6 "Ils se mirent en route et allèrent de village en village, annonçant(euanggelizomenoi) la bonne nouvelle, ...". Toute évangélisation aboutira à ce que certains viennent à la repentance et à la foi en Christ (Ac. 17:32-34). Les disciples n'étaient pas responsables de la réception du message ou de la conversion de ceux avec qui ils partageaient l'évangile (Mt. 10:13-15 ; Lc 9:5), leur responsabilité était de proclamer. Cependant, les nouveaux croyants (Mt. 28:19-20) doivent être formés dans l'église locale.


Aujourd'hui, ce n'est pas différent. Où que nous soyons, le héraut-évangéliste et les saints de Dieu dans l'église doivent saturer les villages, les villes, les pays et le monde avec l'évangile. L'évangile de Jésus-Christ amène le pécheur perdu à la relation. Il convertit, transforme, fait de nouvelles créations, régénère, a un impact sur les valeurs d'une personne et un changement de vision du monde commence - naître de nouveau ! Lorsque nous voulons voir les individus et la société changer, l'évangile est la réponse.


Cependant, alors que c'est une bonne nouvelle pour celui qui la reçoit, Jésus nous envoie, nous les brebis, vers les loups! Ainsi, lorsque nous partageons l'Évangile, nous devons être vigilants. Soyez rusés comme des serpents et innocents comme des colombes (Mt. 10:16). Certains peuvent avoir peur de la persécution et même de la mort. Mais Jésus a combattu la peur par la crainte plus grande de "Celui qui peut détruire l'âme et le corps en enfer." (Mt. 10:28) Dans certains pays, il pourrait être illégal de partager l'évangile ; nous pourrions être haïs et ridiculisés pour cela (Ac. 2:13 ; 17:18), mais nous ne devrions pas en avoir honte, car c'est là que réside la puissance de l'évangile pour convertir (Rom. 1:16). Il y aura toujours une opposition au messager. Jésus, notre maître, en a fait l'expérience (Mt. 10:24-26).

Consultez cet article sur les différentes voies d'évangélisation.


1 Lc. 24:47 et Mc. 16:15.
2 C'est de là que vient notre mot apôtre.
3 Le mot grec kerusso et ses dérivés est utilisé soixante et une fois dans le grec et il n'est jamais utilisé dans le contexte du Temple, de la Synagogue ou dans une maison, où les chrétiens ou les juifs se rencontrent dans le NT. Au contraire, il est toujours utilisé dans le contexte du plein air. Voir, Kumar Abraham's Unleashing the Power of Proclamation
4 Ce mot est également traduit par preaching, telling, announcing dans diverses traductions anglaises.

Vous voulez en savoir plus ?

Connectez-vous avec nous pour aider à diffuser l'Évangile dans le monde entier.

Kumar Abraham
Le Dr Kumar Abraham est un ressortissant sri-lankais vivant à Melbourne, en Australie. Il a été missionnaire aux Philippines pendant vingt et un ans. Il est évangéliste, formateur d'évangélistes, formateur de disciples du Christ dans l'évangélisation et conférencier dans une école biblique.
Partager via
Copier le lien